Lectures de mars

Ce mois plus doux me semblait parfait pour des lectures légères et poétiques. Le temps gris toujours collé aux fenêtres des maisons, les beaux jours se font attendre. Pour passer le mois de mars, il me fallait des mots qui consolent le coeur et qui le berçent. J’ai donc choisi des écrits qui me permettaient de m’évader, des auteurs qui me raconteraient que la vie est belle.

lectures_de_mars2018

Poésie 

  • Poils lisses – Tina Charlebois (2006)

« Comme je déchire

Le dernier poème que je t’ai écrit

à propos de toi

je sais

que je n’en n’écrirai plus

sur ce banal sujet »

  • Jours Blancs – David Courtemanche ( 2014)

« ta panique est celle

du chat de gouttière

surpris par chaque

mouvement du monde

qu’il pensait connaître »

  • Être / Aimer / Tuer – Yves Préfontaine (2001)

« Ne t’égare pas dans mes songes

où je me meurs de ne pouvoir

aller plus loin »

lectures_de_mars2018

Essais

  • La fatigue d’être – Jacques Beaudry (2008)

Cet essais aborde la mort précipitée de Saint-Denys Garneau, Claude Gauvreau et Hubert Aquin. Je trouvais pertinent de s’intéresser à ce qui tourmentait ces artistes si talentueux, car malgré leurs oeuvres légendaires, se cachaient derrière des hommes tourmentés.

  • Dans le noir du poème – François Hébert (2007)

François Hébert présente des poètes qui ont marqué son parcours dont ceux étudiés durant ses études à l’Université de Montréal. On y parle de la façon dont on aborde des poèmes, ce qu’ils reflètent et à quel point cette forme d’écriture est puissante.

  • Gaston Miron: une passion québécoise – Axel Maugey (1999)

C’est un cadeau que je me suis fait, car Miron restera toujours ma source première d’inspiration. C’est un essai qui nous permet de découvrir encore et encore cet auteur qui a marqué l’histoire.

Romans

  • Scrapbook – Nadine Bismuth (2006)

Cette histoire nous plonge dans les pensée d’une femme vivant une idylle avec un homme qui, malheureusement, n’est pas célibataire. À travers ses nombreuses aventures de femme seule, on accompagne cette dernière dans sa quête principale qu’est de trouver la signification de l’engagement amoureux.

  • À quoi ça rime? – André Major (2013)

Vivant un deuil qui le fait trébucher dans ses souvenirs, Antoine recherche à quoi son existence rime. Il réapprend la beauté de la nature, les amitiés et la solitude. Ce roman semble doux et tranquille tout en étant puissant et touchant.

  • Sam – François Blais (2014)

« Il n’en faut pas davantage pour que celui-ci s’engage dans une quête pour retrouver celle qu’ils baptise Sam et qu’il croit être « la femme de sa vie ». »

lectures_de_mars2018


Liens Internet pour découvrir les livres

Les poils lisses de Tina Charlebois

Jours Blancs de David Courtemanche

Être / Aimer / Tuer d’Yves Préfontaine

La fatigue d’être de Jacques Beaudry

Dans le noir du poème de François Hébert

Gaston Miron: une passion québécoise d’Axel Maugey

Scrapbook de Nadine Bismuth

À quoi ça rime? d’André Major

Sam de François Blais


La poésie étant mon genre littéraire préféré, mes sélections du mois ne pouvaient me faire plus plaisir. Que ce soit à propos des poèmes, des poètes ou de la nature de ce type d’écriture, ce sujet me fait vibrer à coup sur. Et vous, quel genre littéraire vous interpelle plus que tout?

Bonnes découvertes!

Jessica xoxo

jessica-writer

 

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s