Poésie 03/18

 

Glissées d’ailleurs, je m’accroche à cette vague qui danse sur des airs classiques. Des mélodies venues de loin pour adoucir le feu et l’avenir. 

 

1er mars / Blessure

Ça m’a rentré dans le coeur aussi vite qu’un 10 roues. Amochée comme un genou sur l’asphalte chaude après un tournant trop rude.

2 mars / On s’en sortait pu

Mon coeur de verre de vidait sous tes yeux et t’aimais ça. Il s’approchait du sol épineux et toi, t’as cru bon laisser tomber une roche dessus.

flowers.jpg
Photo by Masaaki Komori on Unsplash
3 mars / Y’a pu d’air qui passe

Je suis jalouse des mots que tu ne trouves pas. J’en ai tellement, moi, que je m’étouffe. Il dansent au creux de ma gorge et me laissent à bout de souffle.

8 mars / Une douce noyade

Je nageais dans tes yeux vides qui ne demandaient que mes bras chauds. Alors, je berçai ton coeur et ces trous noirs pour les remplir de bleu.

17 mars / Mots

Je regardais mes mots et les tiens. Si beaux comme la pluie blanche. Je les ai gardés dans une couverture pour qu’ils me réchauffent l’hiver prochain.

annie-spratt-362702-unsplash.jpg
Photo by Annie Spratt on Unsplash
19 mars / Une belle couverture

Derrière toi, toujours se trouveront mes mains d’univers, prêtes à t’enlacer quand la force flanchera.

21 mars / Tourbillon

Ma tête tournait comme une toupie, un tambour qui éclatait de la musique molle. Je devenais faible des jours.

annie-spratt-583434-unsplash
Photo by Annie Spratt on Unsplash

Jessica xoxo

 

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s