Créer et se comparer

La Romanchic, c’est une extension de moi, rien de plus. Nommer mon blogue « Jessica » aurait fait pareil.

Ainsi, je me sens parfois très narcissique de partager mon quotidien sur le Web et d’avoir la prétention que ça pourrait intéresser qui que ce soit. Je suis une fille bien ordinaire qui a créé un blogue il y a maintenant 3 ans. Un blogue qui ne sait plus trop quelle direction prendre d’ailleurs, un blogue un peu effacé de la toile depuis longtemps, mais qui, je le souhaite si fort, puisse survivre jusqu’à ce que ma tête et mon cœur aient de l’énergie à y mettre.

Ce sentiment d’imposteur engendre une grande anxiété (un peu inconsciente) et c’est donc très difficile de créer, d’écrire. Je n’ai pas seulement des amis et de la famille qui me suit sur mes différents réseaux sociaux, mais aussi d’autres personnes qui ont pris la peine de regarder mon contenu, de me lire et se dire que ça valait le coup de peser sur le bouton « s’abonner ». Je crois qu’intérieurement, bien caché, ça me met une certaine pression. Je sais qu’au fond, les gens qui sont là me suivent parce que je crée des choses pertinentes à leurs yeux, mais parfois je me dis que c’est trop fade, trop simple, trop commun. Mais je sais aussi très bien que ce qui fait la beauté de La Romanchic, c’est que je reste moi-même dans tout ce que je crée. Sans gêne, je peux dire que je suis authentique, transparente (je partage d’ailleurs souvent le côté moins « beau » de mon projet blogue et je trouve ça important). Je sais aussi que La Romanchic, ça doit être avant tout un projet que je fais par passion (ce qui est le cas, toujours).

Malgré tout, il m’arrive souvent de réfléchir à ce projet et de ne plus en avoir envie pour plusieurs raisons; je me décourage, je n’ai pas d’énergie à y mettre. Et quand j’en parle, les gens me disent que ce projet ne me convient peut-être plus, qu’il est peut-être temps de tourner la page. Ils n’ont pas tort, mais on fond de moi, je suis convaincue que je ne peux pas tout abandonner. Et aujourd’hui, en écrivant ces lignes, je me rends compte que La Romanchic m’en apprend beaucoup plus que ce que je peux croire. Avec du recul, c’est beaucoup plus que l’écriture, que des photos et des poèmes.

Et si ce blogue, si peu actif soit-il, me montre qui je suis depuis toutes ces années? Et si La Romanchic existe pour me pointer du doigt ce que je dois améliorer de moi, ce sur quoi je dois travailler? Je pense à tellement de choses, mais la première est la confiance en moi. Je le sais depuis longtemps, je n’ai pas une grande confiance en moi artistiquement parlant. C’est principalement ce qui m’empêche de créer : la peur de ne pas être pertinente, de ne pas être assez informée sur les sujets que j’aborde, la peur d’avoir des textes mal construits, la peur d’être trop spirituelle, de me faire juger pour tout et n’importe quoi. Je pourrais continuer encore longtemps!

Et je reviens alors au sentiment d’imposteur. C’est croire que qui je suis et ce que je fais ne mérite pas sa place dans le web, croire que le contenu que je souhaite partager n’est pas ce que les autres souhaitent lire, qu’il n’est pas assez engagé, qu’il n’est pas assez original. Et au final, je suis tétanisée devant mon écran vide, perdue, à ne plus trop savoir pourquoi je veux faire tout ça, à chercher un but tangible.

Au contraire de plusieurs créateurs de contenu, je n’ai pas d’étiquette, de niche précise, je n’ai pas de contenu « engagé » qui choque ou qui fait tant réagir. J’admire ceux et celles qui le fond, mais ce n’est pas moi qui vous parlerai constamment d’image corporelle, de féminisme, de troubles alimentaires, de dépression, d’anxiété, de racisme, de grossophobie, de transphobie. La Romanchic, c’est autre chose et c’est parfois ce que je trouve difficile. C’est aussi ce qui fait que j’ai peur de ne pas être à la hauteur.

Mais en fait, c’est ce que c’est : La Romanchic, c’est moi qui parle de mes plantes, de tarot, de lune, de cristaux, de poésie, de livres, de bullet journal, de mes moments bof, de mes moments magiques, de la nature, mais aussi parfois d’anxiété et d’enseignement. C’est très souvent un contenu léger, mais parfois plus sérieux. Il faudra un jour ou l’autre que j’accepte que ce que je crée est plutôt artistique, spirituel, mais surtout diversifié. Je devrai comprendre que mon contenu me représente, me passionne, mais surtout qu’il est valide. Aussi valide qu’une autre personne et qu’il mérite bel et bien sa place ici.

Parfois, la passion ne suffit plus à nous motiver. Nos craintes et préoccupations prennent le dessus rapidement et nous figent. C’est exactement ce qui m’arrive. Je sais très bien que ma passion est ici quelque part, sans aucun doute. La Romanchic est là pour rester, j’en suis certaine.   

Jessica

Autre texte réflexif à propos du blogue qui montre que mon processus de création est difficile depuis un long moment: On se retrouve

Photo de couverture: Sincerely Media on Unsplash

2 réflexions sur “Créer et se comparer

  1. Je pense qu’on a tous un peu ce sentiment d’imposture mais, personnellement, je suis persuadée que chaque article qu’on écrit a une utilité. Même si, pour quelque raison que ce soit, il n’intéresse pas forcément les autres, il est pertinent pour soi-même.

    Va voir d’autres blogs, tu verras qu’il y a parfois des articles qui sont plus que rudimentaires… Et pourtant, les blogueurs qui les ont publié croient en leur valeur. C’est tout ce qui compte!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as tout à fait raison. C’est en faisant cette réflexion que je me rends compte qu’au moins, je suis celle qui voit l’utilité de mes textes, pour moi même. Une fois qu’on le réalise, ça devient plus facile d’écrire et se laisser aller!

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s